ImmoFab : Maison à Vendre à Québec

Bureau 418.659.2347
Ventes 418.IMMOFAB
Maison à Vendre : Unifamiliales, jumelés et condominiums à Québec.

Les prédictions des experts immobiliers pour 2015 à Québec

Posté le 23 février dans notre blog

ImmoFab est fier d'être Lauréat des prix Nobilis 2016 pour son projet de jumelés rue Bonin!Visiter le projet

Quelques mots sur Immofab

Immofab est une entreprise d’entrepreneurs en construction à même de superviser l’entière réalisation de votre projet immobilier, que ce soit une maison, un jumelé, ou un condo, et vous offrir les meilleurs conseils à chacune des étapes du processus. Nos experts peuvent vous guider dans le choix de votre terrain jusqu’à la finition de votre projet.

La compagnie possède également un catalogue de maisons à vendre dans les secteurs de Québec et de Sillery, dans le but de vous offrir exactement ce que je vous cherchez dès l’instant où vous prenez l’importante décision d’acquérir ou de faire construire votre résidence

Nous nous faisons un point d’honneur d’être parfaitement renseignés au sujet de l’état du marché, et nous sommes toujours à l’affut des nouvelles tendances, c’est pourquoi nous vous présentons cet article portant sur les prédictions des experts immobiliers pour l’année 2015 à Québec.

Les prédictions des experts immobiliers pour 2015 à Québec

La tendance : après un ralentissement, une légère reprise de vitesse

À l’exception de 2014, dont le bilan fut somme toute plutôt positif, les dernières années furent marquées par un ralentissement important de la croissance du marché immobilier québécois.

Selon les experts, il faut s’attendre à ce que 2015 ne fasse pas exception à la règle, a affirmé Kevin Hugues, économiste principal à la Société canadienne d’hypothèques et de logements pour le Québec, dans une élocution reprise dans le journal la Presse.

Une légère diminution globale des mises en chantier

Les experts remarquent que le rythme de vente des unités en construction a beaucoup ralenti, plus particulièrement dans le monde des logements collectifs. À Montréal, par exemple, le délai de vente surpasserait celui de Toronto. Conséquence de ce phénomène : un nombre élevé d’unités neuves sont disponibles, et n’ont pas trouvé preneurs.

La quantité de logements neufs disponibles aura forcément un impact négatif sur le nombre de mises en chantier pour l’année. Ce nombre de logements devra diminuer de façon importante avant qu’un nombre significatif de mises en chantier soient entreprises. Pour le moment, l’offre au Québec est tout simplement trop élevée pour la demande.

Malgré cela, on rapporte que la construction de logements collectifs sera stable pour encore au moins deux ans, puisque ce type de logement demeure malgré tout populaire grâce à ses prix souvent plus abordables.

Prix de revente des maisons en légère augmentation

De façon générale, la revente et le prix des maisons devraient être en légère augmentation dans l’année à venir, même s’il est encore très difficile pour les nouveaux acheteurs d’accéder à ce type de propriété.

Ceci dit, le marché des maisons unifamiliales est appelé à changer dans les 10 à 15 prochaines années, suite au vieillissement de la population : alors, les dispendieuses maisons unifamiliales auront difficulté à trouver preneurs, ce qui ne pourra manquer d’avoir de l’influence sur le marché.

Problèmes d’accès à la propriété et conditions difficiles

Bien qu’il soit difficile d’anticiper avec précision le comportement de l’économie et du monde de l’emploi ainsi que l’influence de ces deux facteurs décisifs dans l’accès à la propriété sur le marché immobilier, les experts s’entendent néanmoins pour dire qu’une reprise de vitesse serait envisageable à court moyen terme. Autrement dit, 2015 ne sera pas une année de grands changements dans la situation actuelle.

Toutefois, ce qui effraie L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est que le Canada fait partie des pays où le prix moyen des maisons est le plus élevé par rapport au revenu moyen des ménages. Cette situation demeurera problématique encore cette année, et demeurera certainement un enjeu important pour les années à venir dans le dossier de l’accès à la propriété pour les jeunes ménages ou les familles à revenus modestes.

Un monde de l’emploi plutôt instable viendra également affecter le nombre de logements vendus, toutes catégories confondues : une légère diminution sera enregistrée à cet effet. Ainsi, devant une offre qui sera en conséquence de plus en plus restreinte, le prix des habitations devrait connaitre une modeste croissance pour l’année à venir.

Le marché locatif tirera son épingle du jeu

C’est le marché locatif qui profitera de la situation, avec une hausse de 4 % de mises en chantier.

Pour l’année 2015, ce type de logement représentera 24 % de l’ensemble des unités qui seront en construction. Le marché des copropriétés bénéficiera également de la situation actuelle. Le monde immobilier ayant connu des hausses spectaculaires ces dernières années, l’option de louer s’avère intéressante pour plusieurs ménages.

Projets de rénovation favorisés par la situation actuelle

Le programme de crédits d’impôt mis de l’avant par le gouvernement provincial incitera les Québécois à entreprendre une grande quantité de travaux de rénovations : c’est plutôt de ce côté de l’industrie qu’il faut regarder pour obtenir des nouvelles vraiment réjouissantes en 2015.

L’ACHQ a annoncé qu’elle prévoyait une hausse de plus de 10 % en rénovations. En 2013, les dépenses en rénovations s’étaient élevées à 11,5 milliards de dollars, ce qui représente plus de la moitié de la valeur économique du secteur de l’habitation dans son ensemble. Cette nouvelle est certes la bienvenue pour les travailleurs de la construction, dans le contexte d’instabilité qu’ils traversent actuellement.

Ce que les experts vous conseillent

Dans une entrevue accordée au journal Le Devoir, Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins, fait appel à la prudence des investisseurs.

En effet, selon elle, il est temps d’investir dans un condo, par exemple, mais dans le but d’y habiter, puisque l’offre très élevée fait que les promoteurs sont enclins à baisser leurs prix pour attirer les acheteurs. Une revente pourrait être profitable, mais dans quelques années seulement, puisque les prix de vente devraient rester stables pour quelque temps.

Quoi qu’il en soit, tout le monde s’entend pour dire que les grandes hausses de prix de ces dernières décennies sont terminées : les prix devraient rester stables pour un bon nombre d’années.

Si l’année 2015 ne promet aucune grande surprise pour les acheteurs comme pour les vendeurs, l’avenir du marché immobilier au Québec n’en reste pas moins intrigant.

Top